« L’URBANTECH », LA SOLUTION POUR MAITRISER L’URBANISATION RAPIDE DE L’AFRIQUE ?

Je veux une France numérique indépendante, qui développe son écosystème qui ne soit pas « GAFAM-dépendant ». Je veux une France en position de pays leader dans la grande campagne de numérisation du monde, celle du XXIème siècle, celle au cœur des enjeux économiques, géopolitiques, moraux ou encore écologiques….Je compte ainsi ouvrir une troisième voie, alternative aux visions américaine (GAFAM) et chinoise (BATX). Extraits d’un post sur LinkedIn de Valérie Pécresse. Candidate à l’élection présidentielle Française, (Février, 2022)

L’Intelligence Artificielle (I.A) déjà, écrit des romans, compose de la musique, conduit des automobiles, gère l’économie mondiale et peint des tableaux. 21 Leçons pour le XXIème siècle de Yuval Noah Harari soutient que les hommes rendus inutiles par les algorithmes de l’I.A.  est une possibilité qui s’annonce avec les années qui viennent. La rapidité de la progression de la science médicale est en voie de créer des élites de surhommes, le rêve de transhumanisme devenu réalité dans un futur proche…. Et de mettre en garde. Si l’histoire de l’humanité se décide en votre absence, parce que vous êtes trop occupé à nourrir et habiller vos enfants, ni eux ni vous n’échapperont aux conséquences. C’est très injuste, mais qui a dit que l’histoire était juste ?

L’ESSOR DE LA TECHNOLOGIE URBAINE OU « L’URBANTECH » DANS LE MONDE

Toutes les régions du monde connaissent une urbanisation rapide et massive qui modifie les structures du paysage géopolitique mondial (les villes deviennent des acteurs politiques à part entière et parties prenantes dans la résolution des problèmes globaux, grâce aux politiques de décentralisation en cours d’implémentation à travers le monde), remodèle l’environnement bâti et les chaînes d’approvisionnement urbains. D’ici 2050, près de 70 % de la population mondiale vivra dans les villes, concentrant une part toujours plus importante de l’économie mondiale. À mesure que ces tendances se poursuivent, elles créent de grandes opportunités pour les investisseurs.

Par ailleurs, les villes sont souvent à l’origine du type d’innovation qui finit par transformer des pays entiers, comme la révolution industrielle du XVIIIe siècle.

Désormais, l’innovation numérique, donne un nouvel élan aux villes pour trouver des moyens nouveaux et innovants de fournir des services publics et ainsi ouvrir la voie au type de transformation qui finira par changer l’ensemble de la planète.

L’Urbantech décrit les startups technologiques qui améliorent directement la qualité de la vie en milieu urbain et le développement de villes durables. Contrairement aux technologies relatives aux villes intelligentes ou « smart cities », l’urbantech ne vend pas principalement aux gouvernements et aux Collectivités Territoriales, mais plutôt aux consommateurs et aux entreprises.

Les startups les plus connus du secteur, qui travaillent essentiellement sur et dans les villes comprennent des sociétés comme Uber, Airbnb, Google earth, etc. Les deux premières à savoir Uber et Airbnb sont deux des entreprises qui pourraient être en mesure de rejoindre ou de rivaliser avec les « Big Four » au sommet de la stratosphère technologique : Apple, Amazon, Alphabet et Facebook.

Selon le site web « Bloomberg CityLab», en 2018,le monde comptait 1 342 startup dans ce secteur de l’URBANTECH dont 258 dans le sou-secteur de la Mobilité / VTC ; 310 dans la Livraison de nourriture ; 109 dans Co-living & co-working ; 102 pour Vélos et scooters ; 154 pour des Villes intelligentes ;117 dans la Technologie immobilière et 192 dans la Technologie de construction.

Et au niveau des Etats, les États-Unis sont le principal acteur avec plus de 45 % de tous les investissements en capital-risque dans ce secteur. La Chine vient ensuite avec environ un tiers (bien que la Chine compte beaucoup moins de startups de technologie urbaine que les États-Unis, 200 contre près de 800). Singapour arrive en troisième position, avec près de 6 % des investissements, suivi de l’Inde (4 %), du Royaume-Uni et de l’Allemagne (environ 2 % chacun). La Corée du Sud, les Émirats arabes unis, la France, les Pays-Bas et le Canada complètent le top 10 avec environ un demi pour cent chacun.

Selon le Professeur et auteur Richard FLORIDA, les termes high-tech et capital-risque évoquent des images d’industries telles que l’intelligence artificielle et la crypto-monnaie. Mais le fait est que les villes et l’urbanisme représentent le plus grand secteur des nouvelles technologies de tous, ce que j’aime appeler la « technologie urbaine ».

 LE ROLE TRANSFORMATEUR DE LA TECHNOLOGIE DU NUMERIQUE DANS L’ECONOMIE DU CONTINENT

La technologie du numérique est un moteur essentiel de la prospérité au 21e siècle. Elle joue un rôle vital dans la création d’opportunités, la croissance économique, la transformation et le développement dans toutes les industries, de l’agriculture à l’éducation. Un des exemples les plus spectaculaires est la transformation progressive de l’industrie de l’automobile en une industrie totalement digitale avec l’émergence des voitures autonomes. La technologie du numérique se présente comme un effet de levier dans tous de secteurs d’activités humaines. Ainsi, elle permet de rapides améliorations dans les domaines de la santé, de la finance, de l’éducation, de l’agriculture, de la gouvernance, etc.

Dans le monde, seuls deux pays se positionnent comme les leaders incontestés dans ce secteur ; les géants du net » (les puissantes multinationales liées aux TIC). En effet, toutes les entreprises de rang mondial sont issues des Etats-Unis d’Amérique avec les (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft ; GAFAM) comme représentants, et de la Chine avec (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi ; BATX) sans oublier Huawei le leader mondial de la technologie 5G. Ces entreprises disposent des moyens financiers colossaux, nécessaires pour attirer et conserver les meilleurs talents où ils se trouvent dans le monde entier, mais aussi pour éliminer toute concurrence en rachetant systématiquement les startups les plus prometteurs.

Aussi, la construction d’un écosystèmes technologique dynamique en Afrique est-elle plus qu’une question économique, elle est aussi et surtout un enjeu de souveraineté numérique du continent.

Pour maximiser les avantages de la révolution technologique du numérique, les nations africaines doivent être des créateurs et pas seulement des consommateurs ou utilisateurs.

Elle permettra entre autre selon the « Tony blair Institute for global Change :

‐       Une croissance économique inclusive : L’économie numérique peut contribuer à hauteur de 300 milliards de dollars au PIB de l’Afrique d’ici 2050 (10% de croissance par an). Au Nigeria, le secteur a davantage contribué au PIB global du pays que le secteur pétrolier et gazier combiné entre 2010 et 2019 ;

‐       La création d’emploi : Alors que 10 à 12 millions de jeunes arrivent chaque année sur le marché du travail, seuls 3 millions d’emplois sont créés. Le secteur des TIC du Kenya devait créer 250 000 emplois en 2021 ;

‐       De préparer le continent à la Quatrième Révolution Industrielle : Les créateurs de technologie écrivent les règles qui façonneront notre avenir commun. Les Africains doivent devenir des créateurs et pas seulement des consommateurs de technologie. La FinTech a jeté les bases qui garantissent que nous avons un intérêt significatif dans la conduite de la révolution technologique. L’objectif est de créer le bon environnement et acquérir les compétences qui permettent à l’Afrique participer activement à la quatrième révolution industrielle à venir.

  DE LA « FINTECH » A « L’URBANTECH » OU ACCELERER ET INTENSIFIER LE DEVELOPPEMENT DE LA TECHNOLOGIE DU NUMERIQUE

 ·      LA FINTECH, LE PREMIER SECTEUR EN MATIERE D’INVESTISSEMENT DANS L’ECOSYSTEME DE LA TECHNOLOGIE DU NUMERIQUE EN AFRIQUE

Au cours de la dernière décennie, la fintech africaine a explosé. De la première génération d’innovateurs dans les transferts d’argent entre pairs, les transferts d’argent mobiles et les comptes d’épargne de base, les start-ups d’aujourd’hui créent des entreprises dans tous les domaines, des paiements aux entreprises, de la gestion de patrimoine et de la micro-assurance aux outils de financement intégrés dans des secteurs critiques comme l’énergie et l’agriculture. L’Afrique abrite actuellement environ 500 entreprises fintech, la plupart en Afrique du Sud, au Nigeria, au Ghana et au Kenya. Selon le rapport annuel 2021 sur l’investissement dans le secteur de l’innovation en Afrique de « BRITER BRIDGES », l’écosystème de la technologie du numérique a bénéfice de 4,65 milliards de dollars d’investissements en Afrique en 2021. Le secteur la « FINTCH » a reçu la part du lion avec 62% du montant total de ces investissements.

La FinTech a le potentiel de répondre aux besoins de financement des ménages et des entreprises en abordant des questions importantes telles que la rapidité, le coût, la transparence, l’accès et la sécurité dans la fourniture de services financiers. Les pays africains qui adoptent la FinTech sont très susceptibles de parvenir à l’inclusion financière numérique pour les ménages et les entreprises.

Le secteur est l’un des plus prometteurs et les mieux organisé en Afrique avec l’Africa Fintech Network (AFN), une plate-forme qui réunit les dirigeants, les organisations et les parties prenantes de la fintech africaine par le biais de leurs associations nationales pour échanger des informations et des idées, promouvoir et soutenir la création de technologies innovantes et leur déploiement à travers et au-delà de l’Afrique. Le réseau sert également de plate-forme pour le plaidoyer et les interactions réglementaires coordonnées.

 ·      LA « TECHNOLOGIE URBAINE » ou « URBANTECH » UN SECTEUR STRUCTURANT POUR LA GESTION DES VILLES ET LA FOURNITURE DE SERVICES DE BASE

 Depuis les indépendances, il y a un peu plus de 60 ans, des plans d’urbanisme ont été développés dans les villes d’Afrique subsaharienne sans résultat probant. Une des principales explications de cet échec est l’absence de mise à disposition de données de base sur la ville et ses habitants. Or, l’information est une condition essentielle d’une planification urbaine maîtrisée. Elle permet de bâtir des systèmes fonciers et donc fiscaux assurant le fonctionnement et le financement des services communs ou publics des villes. Les avancées digitales et numériques offrent de nouvelles perspectives en matière de planification dans les villes en très forte croissance, car elles sont une opportunité de faire mieux et moins cher : images satellites de très grandes résolutions, logiciels de photo-interprétation, crowdsourcing et cartographie participative sont autant de nouveaux outils à la disposition des urbanistes. Globalement, la technologie axée sur les systèmes urbains attire des milliards de dollars d’investissement à travers le monde en direction de startups de livraison de nourriture aux entreprises et aux particuliers, de cartographie et de covoiturage, etc. En effet, l’évolution de l’innovation numérique et la disponibilité de données à grandes échelles créent des opportunités pour de nouvelles activités économiques et de nouvelles façons de fournir des services urbains. Les problèmes d’analyse et d’utilisation effective de ces données issues d’un environnement multi-cloud complexe et hybride a suscité l’émergence de nouvelles technologies telles le Big Data, le Machine Learning (ML) ou encore l‘Intelligence Artificielle (IA) qui favorise ainsi un accès rapide et fiable aux données à tout moment, n’importe où, et de n’importe quelle source.

Ainsi, des problèmes aussi complexe que la Gouverne Urbaine et la Démocratie, la construction de logements décents à moindre coût pour le plus grand nombre, la lutte contre le changement climatique et la nécessité d’une transition vers des systèmes plus résilients au climat et à faible émission de carbone, les problèmes d’inclusion sociale et d’équité économique, etc. sont susceptibles de trouver des solutions de manière nouvelle et innovante. Des outils de gestion de ces problèmes existent déjà et les exemples thématiques ci-dessous donnent un bref aperçu.

EN MATIERE DE GOUVERNANCE ET DE LA DEMOCRATIE LOCALE :

‐       Politique d’ouverture et d’exploitation des données publiques avec la création de portails de données publiques ;

‐       Outils d’inclusion digitale ;

‐       Outils de consultation en ligne ;

‐       Collecte de données participatives ;

‐       Sites web des villes et communication publique ;

‐       Cybersécurité et protection des données.

EN MATIERE DE GESTION DE DONNEES ET FOURNITURE DE SERVICES NUMERIQUES

‐       Analyse des données spatiales (géographiques) et Intelligence Artificielle ;

‐       E-gouvernance et plateforme de services en ligne

INFRASTRUCTURE CONNECTES ET GESTION OPTIMALES DES SERVICES

‐       Internet des Objets (IoT) et capteurs ;

‐       Systèmes de surveillance de l’énergie, de l’eau, des déchets et de l’environnement ;

‐       Outils intelligents de gestion du trafic en temps réel ;

‐       Suivi des maladies en temps réel à l’aide de l’IA ;

‐       Analyse de l’infrastructure et de la fourniture de services.

OUTILS AVANCES DE MODELISATION DES BATIMENTS ET DES VILLE

‐       City BIM et plateformes numériques ;

‐       Visualisation 3D et simulations en temps réel ;

‐       Outils d’intégration de données ;

‐       IA et analyses avancées de données.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.