LES ROBOTS URBAINS PEUVENT-ILS ACCELELRER LA CREATION DE VILLES PLUS INTELLIGENTES ET PLUS DURABLES ?

INSTITUT DE VALORISATION DES DONNEES (IVADO, CANADA- QUEBEC)

Une profonde conviction nous anime : les données et les algorithmes transforment le monde dans lequel nous vivons et ont un potentiel d’innovation incroyable !

 DES DRONES SANS GPS POUR LES INSPECTIONS SOUTERRAINES, PILOTES UNIQUEMENT PAR DES CAPTEURS ET DES ALGORITHMES

En 2016, l’entreprise Hovering Solutions a mis au point des drones capables d’évoluer sans lumière, sans signal radio, sans GPS et sans opérateur. « Grâce à une combinaison de capteurs et d’algorithmes, ces drones estiment leur position de manière entièrement autonome et naviguent seuls dans les sites qu’ils explorent », explique Fran Espada. Ils sont capables de repérer des objets, de choisir le bon chemin s’ils rencontrent une faille et de détecter un obstacle. Si celui-ci s’avère infranchissable, le drone revient de lui-même à son point de départ. C’est également le cas dans les situations qui le mettent en danger comme un niveau d’eau trop élevé ou une défaillance de leur batterie.

Les lieux propices à son utilisation sont nombreux : tunnels, mines, cheminées à minerai, égouts… bref, tous les sites souterrains, difficiles d’accès ou à risques (d’effondrement, de gaz toxiques, d’inondations, de rats…). Avec à la clé, des opérations moins périlleuses, nécessitant moins d’intervenants, mais aussi moins longues et moins onéreuses… pouvant donc être pratiquées plus souvent. Selon Hovering Solutions, l’inspection d’une conduite forcée de barrage, tube d’acier quasiment vertical, qui mobilise habituellement une équipe de cordistes, reviendrait deux fois moins cher grâce à ses drones. Pendant son vol, l’engin recueille des images géolocalisées avec une grande précision et des données qui permettent ensuite de produire une maquette numérique 3D. Le Moniteur, 2022

Lire la suite

« L’URBANTECH », LA SOLUTION POUR MAITRISER L’URBANISATION RAPIDE DE L’AFRIQUE ?

Je veux une France numérique indépendante, qui développe son écosystème qui ne soit pas « GAFAM-dépendant ». Je veux une France en position de pays leader dans la grande campagne de numérisation du monde, celle du XXIème siècle, celle au cœur des enjeux économiques, géopolitiques, moraux ou encore écologiques….Je compte ainsi ouvrir une troisième voie, alternative aux visions américaine (GAFAM) et chinoise (BATX). Extraits d’un post sur LinkedIn de Valérie Pécresse. Candidate à l’élection présidentielle Française, (Février, 2022)

L’Intelligence Artificielle (I.A) déjà, écrit des romans, compose de la musique, conduit des automobiles, gère l’économie mondiale et peint des tableaux. 21 Leçons pour le XXIème siècle de Yuval Noah Harari soutient que les hommes rendus inutiles par les algorithmes de l’I.A.  est une possibilité qui s’annonce avec les années qui viennent. La rapidité de la progression de la science médicale est en voie de créer des élites de surhommes, le rêve de transhumanisme devenu réalité dans un futur proche…. Et de mettre en garde. Si l’histoire de l’humanité se décide en votre absence, parce que vous êtes trop occupé à nourrir et habiller vos enfants, ni eux ni vous n’échapperont aux conséquences. C’est très injuste, mais qui a dit que l’histoire était juste ?

Lire la suite

PLANIFICATION URBAINE ET URBANISATION ULTRARAPIDE RAPIDE. QUELS ENSEIGNEMENTS DE L’EXPERIENCE  DE LA CHINE POUR L’AFRIQUE ?  

Les villes ne sont pas simplement des lieux de résidence ou des lieux de production de biens et de services. De par leur propre dynamique interne, les villes sont des moteurs essentiels de la croissance et du développement. Ils génèrent de la richesse et de la prospérité, servent de pôles d’innovation et de transformation, créent des effets multiplicateurs, facilitent la redistribution des actifs et des opportunités, augmentent la productivité et contribuent à un développement territorial équilibré. UN-HABITAT

L’urbanisation verte de la Chine basée sur la civilisation écologique devrait se concentrer sur trois tâches fondamentales et deux stratégies. Les trois tâches consistent à remodeler les villes existantes, à urbaniser la population nouvellement ajoutée de manière verte et à redéfinir les zones rurales. Les deux stratégies clés consistent à réaliser l’urbanisation verte des aires urbaines qui représentent plus de 90 % du PIB national, 70 % de la population totale et 30 % de la superficie ; et d’urbaniser les zones au niveau des comtés où résident environ 60% de la population nationale. Yongsheng, Zhang. 2021.

Lire la suite

ADAPTATION DES BATIMENTS AU CHANGEMENT CLIMATIQUE EN AFRIQUE, UN CONTINENT EN PLEINE TRANSITION URBAINE.

 

Le monde doit renforcer son soutien au continent africain, qui doit s’adapter aux effets néfastes du changement climatique, notamment à ses conséquences humaines dévastatrices. À Madagascar, 1,3 million de personnes vivent en situation de détresse alimentaire après un cumul de quatre années sans pluie. La situation de Madagascar a été présentée comme la première sécheresse due au changement climatique. Le sommet sur l’Accélération de l’adaptation au climat en Afrique en marge de la COP26 à Glasgow.

OFFRES D’EMPLOI. « Nous travaillons avec les meilleurs et les plus brillants pour accélérer l’action et le soutien aux solutions d’adaptation pour un avenir résilient au changement climatique. Nous ne discriminons dans aucun de nos programmes ou activités sur la base de la race, de la couleur, de la religion, du sexe, de la nationalité, de l’âge, du handicap, de l’orientation sexuelle, de l’identité ou de l’expression de genre, ou sur toute autre base interdite par la loi applicable ». Vous souhaitez accélérer l’action contre le changement climatique ? Le Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique et le Centre Mondial de l’Adaptation au  Changement Climatique (GLOBAL CENTER ON ADAPTATION) vous offres des opportunités.

Lire la suite

POURQUOI LES VILLES AFRICIANES DOIVENT REINVENTER LEURS OUTILS DE PLANIFICATION ET D’AMENAGEMENT OU COMMENT ADAPTER LA VILLE AUX ENJEUX DU 21ÈME SIÈCLE ?

« L’Afrique n’est responsable que de 3,8 % ou (4%) des émissions totales de gaz à effet de serre dans le monde. Et pourtant, du Sahel à la corne de l’Afrique, et jusqu’au sud du continent, les pays africains subissent de plein fouet les effets dévastateurs de sècheresses et d’inondations de plus en plus sévères. Ils souffrent de conditions climatiques de plus en plus extrêmes qui tarissent ou submergent leurs champs. Le continent africain doit être entendu, car ses populations seront les premières victimes du changement climatique en cours, alors même qu’elles ont le moins contribué au réchauffement de la planète ». Banque Mondiale, 2014

 « Les mauvaises entreprises sont détruites par la crise. Les bonnes y survient. Les excellentes s’améliorent » Andy GROVE ; Ancien PDG d’Intel

 L’AFRIQUE EXPERIMENTE UNE URBANISATION INEDITE DANS L’HISTOIRE DE L’HUMANITE

 Selon « l’association Rue de l’avenir » Les villes sont nées du besoin de se regrouper pour se défendre, de commercer, d’exercer le pouvoir, de se rencontrer, etc. Les villes ont permis l’invention de la démocratie. Leur vocation de solidarité, d’hospitalité, de partage, qui fait leur richesse mais a été parfois oubliée, est plus que jamais nécessaire. La ville appartient à tous, à ceux qui y habitent, à ceux qui y travaillent, à tous ceux qui la visitent. La ville appartient à tous ceux qui y vivent et la font vivre. Partout sur la planète la ville affirme et renforce sa suprématie.

L’Afrique est le dernier continent à s’urbaniser et le phénomène y présente des caractéristiques spéciales et inédites dans le monde. Elle est ultrarapide, se fait sans développement économique ou industrialisation, s’inscrit dans une dynamique de construction de mégapoles et dans un monde non durale soumis aux enjeux de la perte de la biodiversité et du changement climatique.

 · Lire la suite

RESULTATS MITIGES DU PACTE DE GLASGOW POUR LE CLIMAT. LE TEMPS DES ACTEURS NON-ETATIQUES ? QUELLES ACTIONS POUR LES VILLES ET COLLECTIVITES TERRITORIALES AFRICAINES

Après les records enregistrés en 2015 et 2016, le mois de juillet 2017 a encore battu un record absolu de température. La multiplication des phénomènes climatiques extrêmes, les migrations liées aux sécheresses, typhons, inondations et dégradation des terres, la déstabilisation de pays entiers, montrent chaque jour que nos sociétés ne pourront survivre à l’accélération du dérèglement climatiqueAssociation Climate Change

 Sans mouvements citoyens poussant les pays et les entreprises à agir, nous ne freinerons pas le changement climatique et ne protégerons pas notre précieuse planète. Extrait de « Acteurs étatiques et non étatiques dans la politique climatique »

  •   L’ENSEMBLE DES NEUF (9) GROUPES D’ACTEURS NON-ETATIQUES RECONNUS PAR L’ONU

1. Collectivités Locales ou Territoriales ou Territoires Infranationaux (y compris les Etats dans les Etats fédérés) ; 2. Entreprises ; 3.ONG ; 4. Syndicats ; 5. Communauté Scientifique ; 6. Représentants du monde Agricole ; 7. Représentants de la Jeunesse ; 8. Représentants des Peuples Autochtones ; 9. Et les Représentants des Femmes.

Lire la suite

LE 21EME SIECLE SERA CONNU COMME LE SIECLE DE LA REVOLUTION URBAINE : QUELS SONT LES NOUVEAUX TALENTS NECESSAIRES POUR GERER UN MONDE DOMINE PAR LES VILLES ?

Les structures de notre quotidien ont connu un grand bouleversement. En moins de deux cents ans, nous avons été transporté de la subsistance autonome vers l’interconnexion planétaire, de la communauté terrienne au marché mondialVers 1800, la plupart des Français étaient des paysans qui construisaient eux-mêmes leur maison, récoltaient leurs céréales, pétrissaient leur pain et tissaient leurs vêtements. Aujourd’hui, l’essentiel de ce que nous consommons est produit par un réseau de grandes et lointaines entreprises. En deux siècles à peine, la communauté paysanne autarcique s’est effacée pour laisser place à une myriade de consommateurs urbains et connectésAnthony GALLUZZO

Nous, étudiants et jeunes diplômés, faisons le constat suivant : malgré les multiples appels de la communauté scientifique, malgré les changements irréversibles d’ores-et-déjà observés à travers le monde, nos sociétés continuent leur trajectoire vers une catastrophe environnementale et humaine. Les sujets environnementaux restent marginaux dans l’enseignement supérieur, cantonnés dans des cours optionnels ou des spécialisations. L’urgence écologique va pourtant impacter et structurer tous les secteurs d’activités. Comment pouvons-nous espérer travailler à la construction d’une société compatible avec les limites planétaires si nous n’y sommes pas convenablement formés ? Comment les entreprises peuvent-elles entreprendre cette transformation avec des collaborateurs qui n’y sont pas sensibilisés ? Nous avons porté ce message auprès des ministères et des établissements de l’enseignement supérieur pour que soient intégrés des enjeux environnementaux dans l’ensemble des programmes. Manifeste étudiant pour un réveil écologique

LA NAISSANCE D’UNE « NOUVELLE FORME D’URBANISATION » EN CE DEBUT DU 21EME SIECLE Lire la suite

COMMENT L’URBANSATION VA MODIFIER LA DEMOCRATIE SUR LE CONTINENT AFRICAIN ?

En Afrique au Sud du Sahara, le soutien aux gouvernements en place est nettement plus élevé parmi les résidents ruraux que les citadins, bien que l’ampleur de cette différence varie selon les pays. Afrobarometer, 2010

L’urbanisation en Afrique est réelle. La plupart des dirigeants politiques restent dans le déni de sa centralité et de son urgence. L’urbanisation en Afrique représente l’une des questions politiques les plus complexes et les plus insolubles tant que les Africains ne prennent pas la responsabilité de changer cette impasse politique contemporaine. URBANIZATION IMPERATIVES FOR AFRICA (African Centre for Cities, 2010)

 L’URBANISATION, UN PHENOMENE PLANETAIRE ET IRREVERSIBLE

L’Afrique est encore aujourd’hui, le continent le moins urbanisé : en 2010, on estimait qu’environ 36 % seulement de sa population était « urbaine ». Et selon les projections, c’est aux environs de 2035, que plus de 50 % de la population du continent vivra dans des villes. Cela basculera tous les continents de la planète dans la transition urbaine. La spécificité du phénomène sur le continent est la vitesse de l’urbanisation qui est presque sans précédent, à l’exception d’un autre endroit : la Chine. Il y a quarante ans, 80% de la population chinoise travaillait dans l’agriculture rurale. Aujourd’hui, 60% vivent et travaillent en ville. Au cours d’une courte période de réformes visant à ouvrir l’économie chinoise après 1978, environ 50 millions de personnes ont quitté l’agriculture rurale pour s’installer dans les villes où elles travaillent principalement dans l’industrie et les services. Au contraire de la Chine, l’urbanisation en Afrique se fait sans industries. L’absence d’un tissu industriel important prive ces pays de ressources nécessaires pour investir dans les infrastructures urbaines indispensables pour leur productivité et pour la qualité de vie des citadins. Lire la suite

L’AFRIQUE PEUT-ELLE CONTINUER A NOURRIR A BAS PRIX SA POPULATION URBAINE, AU DETRIMENT DES AGRICULTEURS LOCAUX, DANS UN CONTEXTE INTERNATIONAL DE PANDEMIE PERSISITANTE ?

L’Afrique subsaharienne, la région Proche-Orient et l’Afrique du Nord déjà importatrices nettes de produits agricoles verront une accentuation de leur dépendance à l’égard des marchés internationaux, d’ici 2030. Perspectives agricoles de l’OCDE et de la FAO 2021‑2030

LE DILEMME DE LA « CONSOMMATION DES PRODUITS NATIONAUX » EN AFRIQUE

Selon l’ONG Belge SOS faim dans sa publication Défis Sud édition 2020-2021, n°138, la pandémie de la Covid-19 a relancé les débats sur la souveraineté, la sécurité et l’autosuffisance alimentaires, ainsi qu’un débat qui leur est très lié, celui sur le protectionnisme agricole. En effet, avec la fermeture des frontière, plusieurs pays ont suspendu leurs exportations du riz dès mars 2020 (Vietnam, Cambodge, Myanmar), laissant le marché international à l’Inde et à la Thaïlande. Le confinement en Inde a fortement ralenti les exportations et seule la Thaïlande a continué à exporter à un rythme « normal ». Le Vietnam a cependant repris ses exportations à partir du 11 avril 2020, mais on estime qu’elles seront inférieures de 40 % par rapport à 2019. Ce sont les pays africains qui paraissent les plus sensibles à ces tensions. En particulier le Sénégal, le Bénin et la Côte d’Ivoire qui importent à eux trois 10 % du total des flux internationaux de riz. Une des difficultés des pays africains est qu’ils sont exportateurs de denrées qui ne sont pas essentielles pour les rations alimentaires (cacao, thé, noix de cajou, fleurs), contrairement au riz ou au blé.

Et selon les experts, à qualité égale, les denrées alimentaires produites localement en Afrique sont généralement plus chères que les produits importés. Les pouvoirs publics se trouvent donc devant un dilemme, promouvoir des produits nationaux chers avec le risque de troubles sociaux dans les villes ou continuer les importations au détriment des producteurs locaux.

 PAS DE PROTECTIONNISME AGRICOLE SANS UNE POLITIQUE CREDIBLE DE REVOLUTION VERTE Lire la suite

POUR UNE REPRISE FORTE ET INCLUSIVE APRES LA COVID-9 ? DEVELOPPER LA RESILIENCE DES VILLES FACE AUX CHOCS FUTURS.

 

LE PARADOXE DE LA BIODIVERSITÉ ET DES ÉPIDÉMIES

« les futures épidémies que nous vivrons«  ; Le nombre de pandémies a explosé depuis les années soixante. Cette croissance met en lumière un paradoxe difficile à appréhender. Les pandémies sont issues de la biodiversité (plus il y a de biodiversité, plus il y a de pathogènes), mais plus la biodiversité est menacée, plus il y a de zoonoses (de maladies transmises de l’animal à l’homme). Dirty Biology

QUAND L’EXTRÊME CLIMATIQUE DEVIENT LA NORMALITÉ

Des Américains se réfugiant dans des centres de refroidissement pour échapper au dôme de chaleur, des Chinois coincés dans une rame de métro où l’eau monte dangereusement, des Liégeois fuyant leur ville victime d’inondations historiques… Le réchauffement ne frappera pas plus loin ou plus tard. Cet été 2021, il est déjà à l’œuvre, partout dans le monde, et nous force à repenser ce que nous considérons comme « normal ». Chaque année, l’exceptionnel se reproduit. Novethic ; 22 juillet 2021

LA COVID-19 EST LA PREMIERE PANDEMIE DE L’ERE URBAINE

Selon la Banque Mondiale, au début du 20e siècle, seulement 14% de la population mondiale vivait dans les villes. Cette proportion a augmenté pour dépasser les 50% aujourd’hui, et devrait atteindre 70 % d’ici 2050. Les villes sont les centres mondiaux de la vie politique, de l’innovation et de l’activité économique : 80 % du produit intérieur brut (PIB) mondial est généré dans les villes. Mais cette concentration de personnes, d’activités économiques, d’énormes stocks de biens immobiliers et de réseaux d’infrastructures, etc. s’accompagne de défis importants face à un climat changeant. Alors que l’urbanisation rapide crée une croissance économique, elle modifie également le profil de risque de catastrophe des pays, passant d’une prédominance rurale avec des problèmes de sécheresse et de sécurité alimentaire à une prédominance urbaine, avec des inondations, des cyclones, des glissements de terrain, des tremblements de terre et des pandémies.

Lire la suite