LEҪONS DE LA COVID-19 : REPENSER COMMENT NOURIR LES VILLES AFRICAINES ET ACCELERER LA PROPOSPERITE DES ZONES RURALES.

Ou comment faire de l’urbanisation un levier de croissance économique inclusive. Ne laisser aucune personne ni aucun territoire de côté.

SATISFAIRE LA DEMANDE D’UN MARCHE ALIMENTAIRE URBAIN TRES DYNAMIQUE, MAIS EXIGENT ET COMPETITIF PAR LES AFRICAINS

Selon la Banque Mondiale le marché alimentaire en Afrique, sera de 1000 milliards de dollars US par an en 2030, avec une forte croissance de la demande tirée par une classe moyenne en pleine expansion, qui exige des aliments de qualité, abordables et nutritifs sans considération leurs origines. Les villes africaines offrent actuellement les marchés agricoles les plus vastes et les plus dynamiques d’Afrique, d’environ 350 milliards de dollars US par an. Sur un total de 200 à 250 milliards de dollars US par an de ventes alimentaires en milieu urbain, plus de 80% proviennent de fournisseurs nationaux africains.  Ces fournisseurs locaux sont pour la plupart constitués par l’ensemble des petits producteurs familiaux qui sont de Très Petites Entreprises (TPE) de fait du secteur informel, exposés aux marchés urbains et à la concurrence internationale. Repenser l’alimentation des villes c’est prendre en compte cet aspect entrepreneurial des exploitations agricoles familiales, les organiser, les accompagner et les intégrer dans les Chaînes de Valeur de leur filière. En effet, leurs produits sont vendus directement à la ferme (bord champ) ou sur les étals des marchés locaux ou sont exportés à l’échelle nationale voire internationale au travers d’intermédiaires qui en retirent tous les bénéfices, limitant ainsi le niveau des investissements et donc le développement de ce secteur. 

Lire la suite

COMMENT LE DÉVELOPPEMENT DURABLE CHANGE LE CONCEPT ET LA PRATIQUE DE LA PLANIFICATION URBAINE ET TERRITORIALE ?

 

DE LA CRISE DE LA VILLE INDUSTRIELLE A LA CRISE DE LA VILLE NON DURABLE

 « L’emploi de la machine a bouleversé les conditions du travail. Il a rompu un équilibre millénaire, portant un coup fatal à l’artisanat, vidant les campagnes, engorgeant les villes ……. » Extrait de la Charte d’Athènes

Depuis le Sommet de la Terre de Rio en 1992, le concept de Développement Durable s’est imposé comme un nouvel impératif de l’action publique et plus spécifiquement de l’action publique locale, notamment urbaine et territoriale (agenda 21 local), touchant ainsi les conceptions et les pratiques de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme.

Ce changement radical du concept de développement s’est confirmé avec l’adoption par l’ONU en Septembre 2015 de l’agenda 2030, ou les Objectifs de Développement Durable (ODD) avec un objectif spécifique dédié à la ville et aux établissements humains, l’objectif n°11. Tout comme le modèle urbain de Le Corbusier et du CIAM qui avait pour objectif d’adapter la ville aux exigences de la modernité, à la suite de l’industrialisation et des avancées technologiques des premières décennies du XXe, le développement durable peut-il renouveler le concept de l’aménagement et l’urbanisme ? Le développement durable peut-il revitaliser l’urbanisme ? La planification urbaine et territoriale peut-elle être renouvelée par le développement durable ?

La question du renouvellement des pratiques planificatrices s’est imposée dans les pays développés à partir du moment où la planification ne parvient pas à réguler les mutations urbaines liées à l’accélération de la vitesse des déplacements quotidiens (dû à l’usage de l’automobile individuelle) à la croissance du revenu des ménages, et à la faiblesse des politiques de financement du logement pour faire face à la demande des ménages modestes. Ces mutations se traduisent notamment par la périurbanisation, qui se traduit par la diffusion de l’habitat individuel jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres des cœurs d’agglomération et par l’émergence de vastes zones d’activité qui accueillent emplois, grands équipements et centre commerciaux. Articulées sur le réseau routier rapide, ces « pôles nouveaux » fonctionnent comme des « edge-cities » qui viennent concurrencer le centre-ville historique, donnant naissance à un cœur d’agglomération multipolaire.  Ces mutations s’accompagnent d’un accroissement du nombre et de la longueur moyenne des déplacements en voiture. Une très forte consommation d’espace naturel et agricole. Une spécialisation socio-spatiale croissante des territoires, qui traduit la liberté de choix du lieu d’habitat offerte par la mobilité facilitée, mais aussi une concentration de la pauvreté accrue par le déficit de logements sociaux.  Une multiplication du nombre d’acteurs impliqués dans la gestion des villes : l’extension géographique des aires urbaines augmente le nombre de communes et de structures intercommunales concernées et la nature des problèmes à résoudre (logements, déplacements, développement économique) interpelle les autres niveaux de collectivité territoriale (Département, Région) et l’Etat.  Un affaiblissement du pouvoir de régulation de la sphère publique dont l’aire de compétence reste cantonnée à l’intérieur de limites administratives (« territoires institutionnels ») alors que les acteurs privés (ménages, entreprises) utilisent la mobilité facilitée pour élargir leurs choix de localisation à l’échelle du « territoire fonctionnel » de l’aire urbaine. Lire la suite

AU-DELA DES MESURES DE REDRESSEMENT ECONOMIQUE. LES JEUNES ET L’AFRIQUE ONT BESOIN DE TRAVAIL, ENCORE DU TRAVAIL, TOUJOURS DU TRAVAIL. COMMENT RENDRE LES VILLES AFRICAINES PRODUCTIVES ?

 

DANS UN CONTEXTE D’URBANISATION RAPIDE ET DE RENFORCEMENT DES QUARTIERS PRÉCAIRES OU « URBANISME DE BIDONVILLE » : L’AFRIQUE DOIT-ELLE INVENTER SA PROPRE CHARTE D’ATHENES ?

Le coronavirus, avec environ 90% de tous les cas signalés survenant dans les villes selon l’ONU, montre que les zones urbaines sont l’épicentre de la pandémie. Et elle a surtout révélé le rôle important que joue les villes dans le développement économique et la stabilité sociale des Etats du monde entier et des pays africains en particulier. En effet, l’isolement des grandes métropoles du monde et la suspension des activités urbaines jugées non essentielles ont mis à l’arrêt l’activité économique mondiale et occasionné une baisse drastique des ressources financières des pays, une augmentation du chômage et de la pauvreté et une menace sur la paix sociale.

Les villes africaines sont caractérisées par un fort taux d’informalité de l’habitat et des activités économiques, 90% des emplois sont créés par le secteur informel et 60% des citadins africains vivent dans des bidonvilles. Si aucun effort n’est fait pour inverser cette tendance, le contient risque de s’installer dans ce que Edgar PIETERSE appelle « l’urbanisme de Bidonvilles », la population urbaine de l’Afrique devra atteindre 1,2 milliards selon les projections de l’ONU-HABITAT en 2050. Les villes africaines doivent donc recevoir un regain d’attention des pouvoirs publics et sortir de cette crise avec des outils de panification et de gestion adaptés susceptibles d’être mise en œuvre et appliqués, et qui permettent de bâtir l’avenir du continent sur leurs immenses potentiels de développement économique, social, culturel, technologique, etc.

Lire la suite

LES VILLES EN PREMIÈRE LIGNE DANS LA LUTTE CONTRE LA COVID-19 ET POUR LA PRÉSERVATION DE L’EMPLOI

COMMENT ÉRADIQUER LA PAUVRETÉ URBAINE ENDÉMIQUE ET DONNER DES EMPLOIS DE MASSE AUX JEUNES APRES LA CRISE SANITAIRE EN AFRIQUE ?

« Il ne faut jamais gaspiller une bonne crise ». Winston Churchill

LA COVID-19 ; UNE CRISE URBAINE

De plus en plus les problèmes du monde sont des problèmes urbains (attentats djihadistes, racisme, changements climatiques, etc.).  Aussi en est-il de la COVID-19 qui est une crise éminemment urbaine qui se déroule dans un monde de plus en plus urbanisé. Depuis sa concentration initiale à Wuhan, en Chine, l’épidémie s’est transformée en pandémie alors que le virus se propageait par avion à travers le vaste réseau de villes interconnectées à l’échelle mondiale Il s’est ensuite propagé par les transports publics depuis les centres économiques et financiers via les quartiers riches, cosmopolites et mondialisés jusqu’aux quartiers et périphéries les plus pauvres des villes. Pour casser la chaîne de propagation du Covid-19, les autorités publiques ont interdit toute entrée dans la plupart des grandes villes, isolant ainsi les métropoles épicentres de la pandémie, des autres régions des pays et du reste du monde, les frontières terrestres, maritimes et aériennes des pays étant fermées. Ces mesures d’isolement et de distanciation sociale dont le confinement, ont mis en évidence et approfondi les inégalités présentes dans les centres urbains du monde entier. En effet, les déficits du stock de logements décents et de profondes fractures numériques se sont manifestés dans les villes de tous les continents. Lire la suite

URBANISATION EN AFRIQUE UNE CHANCE POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE ?

Ou comment exploiter le potentiel extraordinaire de changement et de transformation des villes ?

L’organisation des villes pourrait devenir, au XXI siècle, une « ressource » aussi importante que le pétrole au XX siècle et la terre agricole dans les sociétés préindustrielles. Jean Haëntjens et Stéphanie Lemoine.

Le succès des ODD sera déterminé dans une large mesure dans les villes du monde, qui sont au cœur de la création d’emplois, de l’élimination de l’extrême pauvreté, d’une croissance économique inclusive et de la durabilité environnementale. Aromar Revi et al.

  • L’URBANISATION, UN POTENTIEL EXTRAORDINAIRE DE CHANGEMENT ET DE TRANSFORMATION A EXPLOITER

Le développement durable puise ses racines dans les années soixante-dix avec le constat de la limite d’un mode de croissance, épuisant les ressources naturelles et reléguant une grande partie de l’humanité dans la pauvreté. Le Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), l’agence onusienne chargée de promouvoir socialement et écologiquement les villes durables a été créé en 1975, incluant déjà, les villes dans les enjeux globaux de développement. En effet, le fonctionnement des villes laissé aux imperfections et à la défaillance du marché ou sans investissements dans des infrastructures de bases qui stimulent le développement des activités économiques, produit des externalités négatives qui dégradent l’environnement, limitent la productivité et accroissent les inégalités. Consacré par le Sommet de la Terre de Rio en 1992, le développement durable est aujourd’hui inscrit dans les orientations politiques nationales et internationales.

Lire la suite

L’URBANISATION EN AFRIQUE, UNE POTENTIALITE ET UNE CHANCE POUR LA PROMOTION DE LA SANTE PUBLIQUE?

« Chaque fois que la médecine n’était pas capable de juguler des crises sanitaires on a fait appel à l’espace et à l’environnement pour les résoudre à titre préventif. », Albert Lévy

La pandémie du COVID-19 est une illustration du rôle des villes dans la lutte contre la maladie en l’absence de médicaments et de vaccin. Pour juguler la crise, une nouvelle utilisation de l’espace a été imaginée pour limiter la propagation du virus favorisée par la proximité ou la densité de population. Ainsi, la réorganisation des activités en milieu urbain illustrée par l’adoption de mesures phares telles que la mise en quarantaine des malades, le confinement, la distanciation sociale et les mesures barrières a été  mis en œuvre.

Ainsi, cette menace mondiale a agi aussi comme un révélateur d’un fait majeur de ce siècle : la force des villes. Pour la première fois, nous devons réfléchir et agir sur la santé des citoyens, en ne leur apportant pas uniquement un soin médical, mais en leur proposant un autre rythme de vie, une autre sociabilité.

Lire la suite

COMPRENDRE LES VILLES ET PENSER LE MONDE D’APRÈS LE COVID-19 ; DES JEUX DE SIMULATION URBAINE ET DES FILMS POUR PASSER LE CONFINEMENT.

 

 

Épicentres du covid-19, les villes se révèlent être plus que des lieux de concentration de populations. Elles se sont positionnées comme les moteurs du développement économique dans le monde. L’impact de leur fermeture  avec les images de villes fantômes devenues communes, est une récession économique et une désorganisation sociale sans précédent. Elles sont  ainsi aperçues comme  des lieux de grande vulnérabilité face aux chocs et des menaces pour la santé, la qualité de vie économique et sociale de l’humanité. Comment fonctionnent-elles ? Comment sont-elles gérées et planifiées ? Ses jeux  donnent un aperçu réaliste sur l’ensemble de ces sujets et d’autres enjeux encore.

  • JEUX DE SIMULATION URBAINE

SIMCITY

Jeu de gestion Urbaine, SimCity vous permet d’incarner le maire d’une ville. Ayant les pleins pouvoirs, vous avez la mainmise sur sa construction et son développement. Imaginez votre ville idéale et essayez de la construire malgré les soucis de pollution, d’incendies ou de criminalité. Online, le jeu permet d’établir des relations entre les différentes cités créées par les joueurs.

Lien vers le jeu

SKYLINE

Skyline, dans l’univers des jeux vidéo de planification urbaine, propose à ses joueurs de construire leur propre ville en prenant en compte des enjeux de développement durable. Sa créatrice, Karoliina Korppoo, explique que la ludification peut sensibiliser aux enjeux réels des villes.

Lien vers le jeu

 CAESAR IV SUR PC

Caesar IV sur PC est une simulation de gestion de ville à l’époque romaine. Le jeu consiste à faire prospérer sa cité en satisfaisant les besoins de ses citoyens en nourriture, eau, vêtements et biens divers. Pour cela, il faut mettre en place toute une série de services qui sont intimement interdépendants, comme une caserne militaire, une forge, une exploitation de fer…

Lien vers le jeu

  • FILMS POUR PASSER LE CONFINEMENT

S’inspirer des films pour penser le monde d’après la crise du Covid-19, c’est ce que propose la rédaction de Novethic. Six films que nous vous proposons ci-dessous. (Cliquer sur le texte)

LA SPÉCIFICITÉ URBAINE AFRICAINE A L’EPREUVE DE LA LUTTE CONTRE LA PANDÉMIE DU CORONAVIRUS.

COMMENT GÉRER LA BATAILLE CONTRE LA MALADIE DANS UNE ECONOMIE DOMINÉE PAR LE SECTEUR INFORMEL ?

« Au Ghana, le Président NANA AKUFO-ADDO a décrété la fin du confinement à Accra et Kumasi, deux pôles urbains qui concentrent l’essentiel des activités du pays, le dimanche 19 avril 2020, avec 1042 cas positifs, 99 guéris  et 9 décès. En juste trois semaines, le président estime que cette mesure expérimentée dans 70 pays du monde n’est pas adaptée à son pays ».

  • LE MONDE ENTIER EST EN GUERRE CONTRE LE CORONAVIRUS

Etat d’urgence sanitaire, couvre-feu, etc. presque tous les Etats du monde ont proclamé un état d’exception pour prendre les mesures appropriées face à un état de danger exceptionnel. En effet, La maladie du COVID-19, une nouvelle zoonose qui s’est manifestée pour la première fois à Wuhan en Chine, très peu connue, ultra contagieuse et plus meurtrière que la grippe saisonnière, est en train de se propager comme une trainée de poudre à tous les pays du monde entier.

Pour limiter sa propagation très rapide, certains épidémiologistes (experts de la propagation des maladies) suivant des modèles sophistiqués et dont la seule préoccupation est d’arrêter la propagation du virus, recommandent l’arrêt complet des activités économiques sur une période allant de 12 à 18 mois. L’enjeu est de limiter l’afflux des malades qui pourraient paralyser les systèmes de santé peu préparés et augmenter ainsi le nombre de patients et des cas sévères qui ne peuvent être pris en charge, et donc le nombre de décès.

Lire la suite

FAIRE DE L’URBANISATION EN AFRIQUE UN LEVIER DU DEVELOPPEMENT DURABLE

 

Ou comment passer de la malédiction du sous-développement aux avantages du retardataire

  • LE DÉVELOPPEMENT APRES LE CORONAVIRUS SE FERA AVEC LES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE (ODD)

D’une crise sanitaire localisée, la pandémie du Covid-19 est devenue en un temps record une crise économique et sociale mondiale. La pandémie du coronavirus marque assurément la prise de conscience  du monde entier des conséquences d’un développement qui ne soit pas durable. Aux risques cycles de crises financières de l’économie, s’ajouteront des crises sanitaires comme celle en cours, des crises climatiques, etc., qui perturberont durablement la stabilité économique et sociale de toutes les sociétés humaines.

Lire la suite

LE ROLE DES VILLES DANS LA GUERRE CONTRE LE COVID-19 ; PORTES D’ENTREE DE LA MALADIE ELLES SONT AUSSI LES SEULES ALLIEES POUR LA VICTOIRE.

LA FERMETURE DES VILLES EN AFRIQUE SUITE A LA PROPAGATION ULTRA RAPIDE DU COVID-19 A RÉVÉLÉ LEURS RÔLES IRREMPLAÇABLES DANS LA MONDIALISATION ET LE DÉVELOPPEMENT ECONOMIQUE DES PAYS.

Les grandes métropoles sont les principales épicentres de l’épidémie. En effet, depuis son émergence à Wuhan, métropole de 11 millions d’habitants en Chine, à la fin du mois de décembre 2019, le COVID-19 a tué des milliers de personnes, beaucoup dans les grands centres urbains à l’échelle mondiale. Ainsi, selon le journal Jeune Afrique, le 31 mars 2020, la métropole d’Abidjan, capitale économique de la  Côte d’Ivoire a enregistré plus de de 90 % des personnes contaminées déjà recensées dans tout dans le pays. Par ailleurs, le nouveau coronavirus intitulé COVID-19 s’est répandu dans le monde entier en l’espace de seulement deux mois, faisant ainsi de cette pandémie, la maladie la plus contagieuse que le monde ait vécue, loin devant toutes les épidémies et pandémies déjà connues.

Lire la suite